La CNL 38 - La Confédération Nationale du Logement de l’Isère

La CNL 38 - La Confédération Nationale du Logement de l’Isère
Les bureaux la CNL Isère sont ouverts sur rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h.
La CNL 38 : 6 rue Berthe de Boissieux - 38 000 Grenoble Tél. : 04 76 46 30 94 - Fax : 04 76 47 54 06 email : lacnl38 wanadoo.fr

 
Enregistrer au format PDF
Le 27 août 2009

Le livret A : un cadeau fait aux banques au détriment du logement social


Le traité de Lisbonne est encore une fois à l’origine d’un coup de couteau dans le pacte social français. Aujourd’hui, avec l’ouverture aux banques privées du livret A et livret Bleu, c’est le logement social qui va subir de plein fouet les injonctions libérales du traité européen.

Traditionnellement, les livrets A permettaient aux petits épargnants de disposer d’un compte relativement rémunérateur et sans risque. Attractif, le livret A est une manne d’argent épargné considérable, environ 135 milliards d’euros que gèrent la Caisse des dépôts et consignation. Celle-ci met à disposition cet argent aux organismes HLM afin de financer la construction de logements pour les plus démunis.

Ce système de financement, qui ne suffisait déjà pas à assurer une construction de logement suffisante, est remis largement en question avec la réforme actuelle offrant la possibilité aux banques privées de capter la manne des livrets A. On peut supposer qu’une fois que les banques auront attiré la clientèle porteuse de livret A, elles lui proposeront des placements plus intéressants que celui-ci. Les sommes ainsi redirigées échapperont à la Caisse des dépôts et n’iront plus financer le logement social. Les banques auront un intérêt direct à cela, en réduisant la source de financement des bailleurs sociaux par la Caisse des dépôts , elles pourront leur vendre leurs propres prêts. Cette mesure intervient alors que le gouvernement a toujours assuré vouloir défendre cette particularité du système français et alors que la crise économique va inévitablement faire augmenter la demande de logements sociaux.

Il s’en suit que les désormais les organismes HLM devront passer par les banques privées pour financer leurs constructions à des taux plus élevés. Cela aura deux conséquences directes pour les locataires : une baisse de la création de logement et une augmentation des loyers en raison de l’augmentation des taux d’intérêts.

Il s’agit en somme, ainsi que ce gouvernement nous y a habitué, d’un cadeau monumental fait aux banques.


calle

calle